Archives de catégorie : CR Sorties

entrainement au viaduc des fauvettes 19/9/2020

Participants :
Bruno
Lila
David
Martin
Albin
Keltia

Retour des entraînements au Viaduc des Fauvettes
Départ vers 14h pour la majorité des participants afin de monter le matériel et commencer à équiper.
Lila se charge d’équiper une 1ère corde simple puis un peu plus loin une corde double pour assurer la 1ère descente de Martin.
Pendant ce temps, Martin découvre l’utilisation du matériel. Petit cours sur le descendeur, le croll, les longes… David, déjà initié à la spéléo se rafraîchit la mémoire !
Après quelques manipulations de matériel, clé, demi clé, hop descente !!!
Et bien sûr sous l’œil toujours attentif de Bruno qui supervise tout ce petit monde 

😊

Albin et Keltia en profitent pour une descente sympa, tranquille et hop, on remonte… sous une chaleur assez éprouvante !!

Vers 17h, 1ers départs sous une pluie torrentielle.  

DÉSOBSTRUCTION A CAUMONT 3/10/2020

Collectif de travail réseau Salle Du Bateau

Clubs participants en 2020

Méandres     SCOF            ESH            

SSPC.           ARCADE     Abîmes

 Sortie du : 03/10/2020                        De 8h30 à 17h30

 Présents : Chloé Quéraud Guérin, Pierre Beaufils, 

Philippe Geffard.

8H15 j’arrive en avance pour une fois, nous devions être 5 nous nous retrouverons à 3. Je me prépare Chloé arrive, nous descendons avec le matériel. N’étant que 2, nous allons tenter une vue sur la suite après l’espace 3. Super Chloé creuse, remplit les bennes et moi je les tire jusqu’à la salle du Dôme, où je les déverse pour remplir le vide que Thess n’aurait pas du creuser, à l’entrée du passage des espaces. Cela nous facilite le vidage dans le chariot et les seaux. Retour avec la benne vide à l’espace 3 et déjà 2 autres m’attendent…! Vers 10h Philippe montre le bout de son nez (il vient de la région Parisienne) il me remplace pour sortir et vider les bennes salle du Dôme. Moi je continue le transfert espace 3 vers le 1, avec passage bas et chatière. Dans l’espace 1 la benne est sur le chariot qui est tiré avec une corde par Philippe. A midi Chloé doit rentrer, sans avoir vu la suite, pourtant elle s’est donnée bien du mal. Philippe et moi sortons déjeuner à l’extérieur. Vers 13 h nous reprenons la pelle pour descendre le sol et faire un chenal  dans l’espace 1. Je creuse et Philippe tire et vide? Le travail avance facilement, le remplissage est fait de sable, argile fine puis argile rouge. Dans l’argile fine juste sous le sable, je trouve un silex verni que je donnerai à Philippe. Nous mettrons des vielles bennes pour faire un muret à l’entrée du passage des espaces. Une fois ce passage rempli nous poursuivons avec les seaux. Nous nous arrêterons une fois  ceux-ci pleins. A notre prochaine séance de désob, notre premier travail sera, brouette et chariot pour vider les seaux. A deux cela fait 6 voyages chacun avec la contenance de 4 seaux. Avant de partir je retourne  au fond de l’espace 3 faire un prélèvement de sable et dégager encore la voûte basse. Dans le sable j’ai remarqué des cristaux brillants et plus ou moins roses, peut être du silex. Je remonte avec le chariot porte benne de Jean Pierre bien utile, je vais essayer de l’améliorer pour éviter qu’il bloque dans les virages. 

Prochaine sortie de remise en forme comme dit Jean Pierre Viard Le samedi 17 octobre.

                 Pierre

La suite au fond de l’espace 3

DESOBSTRUCTION A CAUMONT 19/9/2020

Collectif de travail réseau Salle Du Bateau

Clubs participants en 2020

Méandres     SCOF            ESH            

SSPC.           ARCADE     Abimes

 Sortie du : 19/09/2020                        De 8h30 à 15h30

 Présents : Pierre Beaufils, Yves Leger, Frédérique                     Gost, Luc Tréard et Pierre…. ?        

Prévu 8h30 au parking, j’arrive en retard mais personne, donc pas grave.

Je descends avec le matos, des restes de bois pour le cheminement et le petit chariot pour le transfert des bennes dans la galerie des 3 espaces. En arrivant dans le réseau, je remets en état le parcours dans la salle Peter, (le plus défoncé). Yves me rejoint lorsque je m’apprête à visiter l’avancée des travaux lors de la dernière séance de désob dans les 3 espaces. Il sera suivi de Fred, Luc et du deuxième Pierre. Les équipes se forment, Yves creuse, je tire les bennes que je passe à Pierre 2 qui les vide dans le grand chariot à 4 roues, que nous avons amené dans la salle du Dôme, en bout de la galerie Hans. Luc et Fred évacuent à l’extérieur. Dans la galerie des 3 espaces nous agrandissons les passages. Après la pause déjeuner je remplace Yves et poursuit le travail entre le 2 et le 3 toujours aussi étroit. Une fois dans l’espace 3 je rempli les bennes et comme elles ne reviennent pas assez vite, je déblaie à ma manière, je joue à la taupe je creuse et repousse le tout avec mes pieds vers Yves qui est dans le 2, parfois un peu trop violemment… (mes excuses Yves). Puis ne voyant pas venir Nicolas Lecocq je dégage le monticule de sable bouchant l’extrémité du 3 pour enfin découvrir la voûte descendant dans de l’argile fine donnant sur la suite complètement bouchée. Seul le bout de ma pelle a vu la suite mais elle n’est pas très parlante… ! Il nous faudra attendre avec patience de tout dégager pour savoir de quoi est faite cette suite et la suite de notre aventure. 

Notre petit chariot pour la translation  des bennes est à revoir, bien utile mais il croche dans les virages et verse, il faut lui apporter des modifications au niveau des coins.

Notre prochain travail est de mettre le sol de toute la galerie au niveau de l’entrée de l’espace 1. Cela nous permettra l’accès à la voûte en bout de l’espace 3.

                     Pierre

Prochaine désob : samedi 3/10 à partir de 8h30   

Désob à venir :   17-10 /  31-10 / 7-11 / 14-11 / 5-12 / 12-12

JNSC 2020 DANS LE SUD

Compte rendu des Journées Nationales de la Spéléologie
samedi 03 et dimanche 04 octobre 2020
organisées par le club spéléo MARTEL ( section spéléo du Club Alpin Français de Nice)

SAMEDI, Aven CRESP:

Malgré la tempête du vendredi qui a ravagé les Alpes Maritimes, quelques forcenés se sont réunis pour partir à l’assaut d’un puit fossile bien sec au col de l’Ecre … avec un soleil revenu dans une petite fraicheur matinale!

6 participants: Camille Buffet, Félix Nilius, Vincent Labaste, Yves Marang (Senior au SCOF!), Romain Meynard, Pascal Archimbaud
Visite avec quelques explications sur la formation de cette cavité découverte en 1956 par le Club Martel. Nous mangeons au point bas de la grande galerie vers -75m.
S’ensuivent quelques manip dans le puits d’entrée: décroché d’équipier, contre poids, palan et l’attitude à avoir en cas d’incident.

DIMANCHE, Aven CRESP:

12 participants: Magalie Gout, Benjamin Maunier, JL Gout, Pierre Vannoorenberghe, Mathieu Dedieu, Nicolas Schwartz, Félix Nilius, Vincent Labaste, Younsi Ouahida, Yves Marang, Romain Meynard, Pascal Archimbaud
Temps couvert et légèrement humide ce matin…Vu l’affluence nous installons 3 cordes dans le puits d’entrée afin de progresser plus rapidement. Toute la cavité est visitée et commentée (historique, labo du CERGA…). a la sortie nous improvisons un goûter au parking, café, thé et beaucoup de parlote spéléo.

Quelques photos prises par Mathieu Dedieu

Les premiers rudiments de formation pour descendre et remonter…

Quelques photos du voyage

DÉSOBSTRUCTION A CAUMONT

Collectif de travail réseau Salle Du Bateau

Clubs participants en 2020

Méandres     SCOF            ESH            

SSPC.           ARCADE     Abîmes

 Sortie du : 13/09/2020                        De 10h à 18h00 

Présents :

Yves Léger, Philippe Geffard, Guillaume Léger, Thess Friedrich,

Lucie Pressier, Elias Borchani, Emilien Audinet, Paul Hieber.

Départ de Saint Cyr l’école vers 8h30.

En action vers 10h30. Le temps de monter la poignée du nouveau chariot enfin complet, de visiter le réseau pour les nouveaux et de répartir les ateliers, il est déjà 11h quand le premier seau se met en mouvement. Philippe va agrandir le premier vide découvert récemment ainsi que le passage vers le deuxième espace. Yves récupère les seaux et les verse dans le bidon découpé, Lucie tire sur la corde depuis l’alcôve et reverse la terre dans des seaux. Les 4 garçons évacuent les seaux vers les brouettes, puis vers la carrière. Le mouvement perpétuel est bien amorcé et avance vite et bien. Au bout d’un moment, Yves permute avec Philippe au creusement, puis Lucie qui les a rejoints. Thess, qui tire la corde depuis l’alcôve, trouve que les seaux n’arrivent pas assez vite et attaque le début du cheminement. A 13h, nous partons manger en rangeant le matériel. L’après-midi sera consacrée à une balade dans les carrières.

En 2h de boulot, 131 seaux sont sortis, soit plus d’un à la minute !

A la fin, tous les seaux sont vides et entreposés dans l’alcôve.

Départ vers Saint Cyr vers 19h,  dans les bouchons du dimanche soir. Arrivée vers 21h30.

Prochaine séance avec une expertise géologique le 19 septembre.

L’équipe du jour
Entrée de la carrière du pylône

Une petite vidéo…

http://scof.eu/blog/wp-content/uploads/2020/09/20200913_104455.mp4

DÉSOBSTRUCTION a CAUMONT 1 septembre 2020

Collectif de travail réseau Salle Du Bateau

Clubs participants en 2020

Méandres     SCOF            ESH            

SSPC.           ARCADE     Abîmes

 Sortie du : 01/09/2020                De 13 à 17h30

Présents : Pierre Beaufils, Nathan Fleuret, Noël Philippe.

Cette demi-journée s’est faite sur le pouce, trop pressé de voir la suite. A13h j’étais sur place, pour 14h initialement. J’en profite pour ramener la brouette remise en état par François Messé, merci à lui. A mon arrivée dans le réseau je lève un croquis avec mesures et direction. Mes 2 compagnons arrivent pendant ce temps. Nous nous mettons en place, je creuse en bout de l’espace, Nathan agrandi le passage d’entrée dans l’espace, Noël tire les bennes et les vides dans les seaux. En bout de l’espace le travail est rude, je creuse allongé à bout de bras. Au bout de quelques temps, je teste, ça ne passe pas, mais je distingue l’espace, cela me semble plus grand que le précédent (la suite me dira que j’étais encore optimiste) Je demande à Nathan plus svelte que moi, de faire l’essai, mais ça coince aussi. Je dois élargir. Nouvel essai, je bloque les pieds de Nathan, expiration et nouvelle naissance, il passe se retrouve dans l’espace 2 plus petit que le précédent, avec à l’opposé une voûte basse ne demandant qu’à nous recevoir en creusant un peu. Comme dans l’espace 1 le sol est couvert d’argile craquelée par endroit. Au plafond une diaclase pleine de mondmilch noir qui a dégouliné sur le sol. Elle se prolonge sur la paroi de gauche et Nathan me fait remarquer une chose que je n’ai jamais vu, le mondmilch est cristallisé par la calcite. Il me montre également une partie d’oursin pris dans la masse du plafond, peut être un Hemicidaris cénularis du jurassique inférieur, à confirmer. Je prends quelques photos et n’y tenant plus, trop tentant, Nathan s’empare de la pelle et agrandit le passage. Deuxième naissance, nous tenons tout juste à deux dans ce troisième espace et surprise, pas de suite, un monticule de sable graveleux obstrue le passage. Je fouille avec la pelle mais rien, il y en a sûrement très épais. Cela est peut-être bon signe…! Noël est passé dans l’espace 2 et ne montrera que le bout de son nez dans l’espace 3. Aujourd’hui nous avons atteint les 100m de réseau. Quelle avancée depuis 1972, dommage que les frangins et mon ami Hans ne soient pas là.

Pour poursuivre sans trop de travail il nous faut agrandir la suite de la goulotte, pour le passage d’un chariot porte bidon benne offert par Jean Pierre Viard. Mais avant toute chose pour travailler et avancer dans de bonnes conditions, remettre en état le cheminement jusqu’à la salle du Dôme. Pour se faire, combler les trous avec les débris de carrière, supprimer les surplus d’argile, voir retourner les tôles qui se relèvent, fixation des tôles au sol Je verrai cela à mon retour de vacances.

Un autre point positif et qui fait plaisir à voir, des jeunes comme Chloé et Nathan qui s’intéressent à la recherche et la découverte de nouveaux réseaux, merci au SSPC.

Le fossile.
La suite…

CAMP D’ÉTÉ SCOF A CHAMBÉRY 21-28 JUIN 2020

Chez Michel au camping du château de Bissy *****

Bienvenue au Château

Participants physiques : Philippe GEFFARD, Keltia GOMEZ et ses 2 canetons Abin et Kilian, Isabelle DURAND, Yves MARANG , Charles de NOROIT et Michel de REGNAULT

Participant virtuel par téléphone et WhatsApp : Yves LEGER

Participant céleste : Yves YARDIN

Dimanche 21 : arrivée des participants et montage des tentes dans la prairie fraîchement tondue. Cette année on la joue écolo : barnum  salle à manger- cuisine sur la terrasse dressé entre le château et le four servant de chambre froide et où Isa est allée s’installer après un bon dépoussiérage…douche solaire ou au tuyau d’arrosage, vaisselle dans la brouette,  corde de séchage du petit linge de canyon entre les arbres sur tapis d’orties, accès réduit aux heures d’ouverture du Château au réfrigérateur et aux WC…

Lundi 22 matin courses au Super U et en route pour la via ferrata de la dent du Chat- Roc du Cornillon ; montée difficile pour Isa et baptême de via ferrata avec son gaz surplombant le lac du Bourget pour Keltia ;retour pour déjeuner au Château

L’aprèm : reconnaissance ambitieuse du canyon de Ternèze avec une petite corde pour le ressaut final ; Euh…il y a pas mal d’eau et la pose de mains courantes semble nécessaire ; pas le moment en fin de journée de tenter d’y aller en libre dans les toboggans… Les canetons frustrés se baignent et sautent dans la vasque finale. On reviendra équipé ! Apéro et dîner au Château

Mardi 22 : départ en fin de matinée après séance de sandwichs pour la grotte de la Doria avec une corde de 32m + 20m sécu ; ça part en galère déjà pour trouver le parking du haut puis ensuite pour trouver le chemin d’accès bien connu de ceux qui y sont déjà allés…On descend jusqu’à la cascade…trop bas ! Alors on remonte, on s’engage sur des sentes fumeuses proches d’un rocher remarquable d’après la topo (en fait c’est une paroi rocheuse !)… on appelle Néand à la rescousse et on ne trouve toujours pas l’accès…le gros des troupes, énervé et fatigué des allers-retours, remonte au panneau indicateur du site d’escalade pour piqueniquer et, à la dernière redescente, Philippe trouve enfin le chemin ! Senior remonte chercher le kit d’équipement et c’est parti…pas loin car la via corda n’est pas équipée ! C’est raté pour aujourd’hui…Philippe équipe les premiers mètres avec sa corde de 32m et nous plions bagage, penauds pour aller retrouver les autres partis se rafraîchir et se baigner  en bas au bord de la rivière du bout du monde…La bière était au frais pour accueillir les spéléos malheureux ! Apéro et barbeuc foireux de Diots sur barbeuc tout fait, finis à la poêle !

Mercredi 22 : Senior et Philippe partent aux aurores  pour retourner à la Doria avec cordes et amarrages ; les autres partiront 1h après ; en fait c’est long à équiper, surtout par Senior, et la corde de secours de 20m est utilisée pour le ressaut final…Il faudrait un rataillon de 20/30m pour équiper safe depuis le bas du ressaut…En fait il faut +100m de corde et de nombreux amarrages + dynéma pour tout équiper. Les autres arrivent au bon moment, suivis d’un couple de jeunes grimpeurs amoureux qui profitent de notre via corda pour aller visiter la grotte en short et redescendre en rappel. Piquenique à l’entrée de la grotte,  visite jusqu’à la rivière et retour sans problème par différents passages. Sortie par le haut et déséquipement par Senior et Philippe. On s’arrête prendre un pot au col sur le chemin du retour. Apéro et dîner spaghettis : 1,5kg exigés par les canetons affamés qui n’en mangeront pas la moitié le soir, une autre moitié au petit dej et une troisième à la poubelle !

Jeudi : retour équipés au canyon de Ternèze : Philippe équipe la première main courante ; Senior part en premier, descend le toboggan et reste coincé sous la cascade car la corde était trop courte et Philippe n’a pas compris le problème pour débrayer ! Petite sueur froide pour Senior qui équipera ensuite la deuxième main courante pour Philippe qui lâchera la corde trop tôt dans la vasque et se fera entrainer vers la cascade de 10m par son kit ancre ! Il finira par attraper la corde de la dernière chance tendue en travers pour éviter de basculer dans le vide !

On a aimé…et on la refait après avoir déjeuné au début du canyon. Là, c’est Isa qui équipe la deuxième main courante, fait un sac de nœud dans la vasque où elle disparait…mais finit par ressortir…Isa est insubmersible ! Passage en apnée  du siphon final sans problème pour tous. Belle sortie canyon pour les branquignols du SCOF…mais pas de double hélico cette année ! Euh, on révisera avant de s’attaquer à plus difficile ! Retour par le Vieux Campeur pour la « chasse » aux bonnes affaires, décevante comme d’hab !

Vendredi : journée orageuse annoncée ! On sécurise les tentes et déplace le matos sensible en sécurité et plan Prudence : pas de grotte de Prérouge, comme initialement prévu mais submersible en cas d’orage,  ni de via ambitieuse pour s’y faire griller donc journée détente avec pour objectif la via ferrata d’initiation d’Aillons le Jeune-Margériaz, déjà faite l’année d’avant,  facile avec une petite tyrolienne à la fin, à condition d’avoir la bonne poulie jaune…Philippe utilisera quand même sa poulie speed  et ira s’écraser sur les serre-câbles du câble de sortie  et se frottera les tibias…le mollet gauche gonfle…la panique s’installe…direction les urgences de Chambéry bien que le blessé tienne debout pour la descente jusqu’à la voiture. Les rescapés vont chercher le petit resto sympa du village…fermé car le village est désert ! La pluie se met à tomber et le groupe décide de redescendre pour aller faire la fête au Burger King de la zone industrielle de Bissy, le pied pour les canetons sans manman pour dénigrer le junk food! D’ailleurs Keltia nous rejoint après avoir laissé Philippe aux urgences en attendant d’aller le rechercher après consultation et s’envoie un wrap sans sourciller…Après-midi de rêve sous le soleil en allant fouiner pour se rafraichir à Intersport, Go Sport et Mac Do. Appel de Philippe, relâché des urgences sans trop de mal mais HS pour la suite des opérations ! Retour en fanfare au  Château pour retrouver Charles venu pour l’apéro et le dîner.

Samedi : départ , après la séance sandwiches, avec Charles, avec la future reine Isabelle resplendissante dans son coupé AUDI, et Philippe HS mais au volant de sa voiture pour la via des Lavandières à Crolles ; Senior cherche la topo à tout hasard sur viaferrata.fr et voit qu’elle est fermée jusqu’ à nouvel ordre car dangereuse et non purgée ! Heureusement nous ne sommes pas descendus le long du funiculaire pour nous casser le nez en bas au départ comme un couple que nous avons vu remonter déçu ! Nous décidons de nous rabattre sur la via  des Prises de la Bastille à  Grenoble. Bon choix ! Keltia abandonne après le premier tronçon déjà assez athlétique et la troupe s’engage sur la deuxième partie nettement plus dure, comme indiqué sur la topo mais ça passe quand même… trop lentement pour le papi bloqué derrière nous ! L’échappatoire n°2 sera la bienvenue pour les djeuns! La sortie en haut de la citadelle ne pose pas de problème après. Nous retrouvons le flot des touristes montés en télécabine et Philippe pour aller piqueniquer en haut à l’ombre.

Au retour envie pressante d’aller se baigner ! Nous allons  louer une heure de  pédalo vers 18h au Bourget du Lac pour aller nager « au large »…Super baignade dans une eau chaude et propre loin du rivage envahi !

Retour au Château pour apéro et dîner pendant que la crémaillère annoncée par les nouveaux locataires bat déjà son plein…. de discrétion. Nous pensions à une teuf d’enfer avec bacchanales sauvages où nous serions conviés – Philippe était déjà prêt à émigrer pour aller dormir dans la montagne- et non à une orgie de sortie de catéchisme avec extinction des feux vers 23h… En fait un Michel déchainé  a chaussé ses platines de DJ et a allumé le feu au Château pour faire danser les plus vieux sur les tubes du passé, les jeunes étant comme d’hab allés se scotcher sur leur smartphone! Belle fin de  soirée estivale ; il ne manquait que les flics que les nouveaux locataires auraient pu appeler pour faire cesser ce tapage nocturne au Château de la Débauche de Bissy !

Dimanche : gris pluvieux pour plier les tentes, ranger le matos, et rentrer dans nos contrées respectives

Encore merci, Michel, pour ton accueil pour cette grande manifestation annuelle du SCOF où nous venons en mission tester les services publics !

À l’année prochaine, sans COVID, l’ordure !

SÉJOUR DANS LES ALPES MARITIMES

Dimanche 1er mars

Participants: Yves MARANG (SCOF), Yves LEGER (SCOF), Guillaume son fils et Thess son amie.

Via ferrata des demoiselles du Castagnet à Puget Thénier.

Via cotée D+ de 257m de dénivelé, avec 1 pont népalais, 1 pont de singe et 2 tyroliennes, dont une de 450m ! Poulie speed obligatoire. Droit d’accès 8€. Location possible de matériel 25€.

Nous partons tranquillement vers midi, car le temps est maussade ce matin.

Après un petit casse-croûte au pied de la via, le temps s’améliore. Nous parcourons sans problème toute la première partie, très verticale mais bien ferrée. 

Le pont népalais est bien tendu et vite avalé.

Plus loin, le pont de singe est en plein vent et bouge pas mal.

Les 2 tyroliennes ne posent pas de problème, notons cependant une arrivée très rapide de celle de 450 m, avec le vent qui nous pousse par derrière. Senior qui est parti en premier, en fera les frais, le système de ralentisseur à l’arrivée ayant été endommagé par la dernière tempête.

La via étant plein sud, prendre beaucoup d’eau si il fait chaud.

et une p’tite vidéo en cliquant…

Samedi 7 mars

Participants : les mêmes.

Grotte de la Mescla sur les bords du Var.

Accès au trou – marcher en direction de Digne depuis le parking au bord de la route M6102, avant le 2ème tunnel pour trouver le chemin qui monte à l’entrée… prendre une clé à pipe de 19 et la topo. On peut ramper sous la grille, si nécessaire!

Première balade en prenant à gauche vers l’est au 1er carrefour après la porte. Nous cherchons la galerie des toboggans, mais nous tournons trop tôt, et nous visitons une première galerie, pour buter au fond sur une obstruction, après deux passages boueux et humides…Retour pour l’embranchement des Toboggans qui grimpe vers les hauteurs avec ses échelons plus ou moins branlants et des cordes lisses ou à nœuds, disons un peu usées… Il y a de la grimpette et de la descente glaiseuse où on se demande si on pourra remonter sans problème! Passage devant un petit lac suspendu avec son tuyau de vidange et descente du dernier ressaut en direction du siphon.

De retour au carrefour, Sénior retrouve son kit avec soulagement. Nous grignotons avant de nous enfiler dans la galerie du lézard qui grimpe aussi. On rampe dans des laisses d’eau bien boueuses et on fait demi-tour à une espèce de voûte mouillante…mouillante !, mais la galerie continue derrière. Prévoir quand même d’emporter une corde de 20-30m pour sécuriser, le cas échéant, surtout en initiation pour ces galeries.

Retour au premier carrefour, juste après la porte d’entrée. Prendre la galerie en face (sud), et monter à l’échelle à droite pour aller voir les siphons et s’y tremper dans l’eau tiède en frissonnant à la lecture des plaques commémoratives des plongeurs morts… Quelques passages sont équipés.

Retour au carrefour de  l’entrée et cette fois, prendre la galerie de droite (ouest), pour descendre dans les vasques qui permettent de sortir au niveau du Var, (à l’étiage seulement). Il faut savoir nager … mais l’eau avoisine les 19 °C, car les siphons (très beaux), sont alimentés par de l’eau thermale légèrement salée! On peut enfin se laver dans la dernière vasque, avant d’aller frôler le Var, qui lui est glacé. On ressort nickel propre et on grimpe sur les rails du train pour une petite escalade du talus (en direction de Digne) qui permet de retourner au parking!

Mais il fait frais, car le parking est à l’ombre, et on est mouillés.

Prévoir serviette et changes bien secs et chauds…

La bière attendra le chemin du retour pour retrouver le soleil au lac de Broc où nous pouvons enfin manger.

TPST 4h

Jolie sortie très ludique! Il faut un peu chercher son chemin dans ce trou labyrinthique, mais c’est ce qui fait son charme…