CAMP D’ÉTÉ SCOF A CHAMBÉRY 21-28 JUIN 2020

Chez Michel au camping du château de Bissy *****

Bienvenue au Château

Participants physiques : Philippe GEFFARD, Keltia GOMEZ et ses 2 canetons Abin et Kilian, Isabelle DURAND, Yves MARANG , Charles de NOROIT et Michel de REGNAULT

Participant virtuel par téléphone et WhatsApp : Yves LEGER

Participant céleste : Yves YARDIN

Dimanche 21 : arrivée des participants et montage des tentes dans la prairie fraîchement tondue. Cette année on la joue écolo : barnum  salle à manger- cuisine sur la terrasse dressé entre le château et le four servant de chambre froide et où Isa est allée s’installer après un bon dépoussiérage…douche solaire ou au tuyau d’arrosage, vaisselle dans la brouette,  corde de séchage du petit linge de canyon entre les arbres sur tapis d’orties, accès réduit aux heures d’ouverture du Château au réfrigérateur et aux WC…

Lundi 22 matin courses au Super U et en route pour la via ferrata de la dent du Chat- Roc du Cornillon ; montée difficile pour Isa et baptême de via ferrata avec son gaz surplombant le lac du Bourget pour Keltia ;retour pour déjeuner au Château

L’aprèm : reconnaissance ambitieuse du canyon de Ternèze avec une petite corde pour le ressaut final ; Euh…il y a pas mal d’eau et la pose de mains courantes semble nécessaire ; pas le moment en fin de journée de tenter d’y aller en libre dans les toboggans… Les canetons frustrés se baignent et sautent dans la vasque finale. On reviendra équipé ! Apéro et dîner au Château

Mardi 22 : départ en fin de matinée après séance de sandwichs pour la grotte de la Doria avec une corde de 32m + 20m sécu ; ça part en galère déjà pour trouver le parking du haut puis ensuite pour trouver le chemin d’accès bien connu de ceux qui y sont déjà allés…On descend jusqu’à la cascade…trop bas ! Alors on remonte, on s’engage sur des sentes fumeuses proches d’un rocher remarquable d’après la topo (en fait c’est une paroi rocheuse !)… on appelle Néand à la rescousse et on ne trouve toujours pas l’accès…le gros des troupes, énervé et fatigué des allers-retours, remonte au panneau indicateur du site d’escalade pour piqueniquer et, à la dernière redescente, Philippe trouve enfin le chemin ! Senior remonte chercher le kit d’équipement et c’est parti…pas loin car la via corda n’est pas équipée ! C’est raté pour aujourd’hui…Philippe équipe les premiers mètres avec sa corde de 32m et nous plions bagage, penauds pour aller retrouver les autres partis se rafraîchir et se baigner  en bas au bord de la rivière du bout du monde…La bière était au frais pour accueillir les spéléos malheureux ! Apéro et barbeuc foireux de Diots sur barbeuc tout fait, finis à la poêle !

Mercredi 22 : Senior et Philippe partent aux aurores  pour retourner à la Doria avec cordes et amarrages ; les autres partiront 1h après ; en fait c’est long à équiper, surtout par Senior, et la corde de secours de 20m est utilisée pour le ressaut final…Il faudrait un rataillon de 20/30m pour équiper safe depuis le bas du ressaut…En fait il faut +100m de corde et de nombreux amarrages + dynéma pour tout équiper. Les autres arrivent au bon moment, suivis d’un couple de jeunes grimpeurs amoureux qui profitent de notre via corda pour aller visiter la grotte en short et redescendre en rappel. Piquenique à l’entrée de la grotte,  visite jusqu’à la rivière et retour sans problème par différents passages. Sortie par le haut et déséquipement par Senior et Philippe. On s’arrête prendre un pot au col sur le chemin du retour. Apéro et dîner spaghettis : 1,5kg exigés par les canetons affamés qui n’en mangeront pas la moitié le soir, une autre moitié au petit dej et une troisième à la poubelle !

Jeudi : retour équipés au canyon de Ternèze : Philippe équipe la première main courante ; Senior part en premier, descend le toboggan et reste coincé sous la cascade car la corde était trop courte et Philippe n’a pas compris le problème pour débrayer ! Petite sueur froide pour Senior qui équipera ensuite la deuxième main courante pour Philippe qui lâchera la corde trop tôt dans la vasque et se fera entrainer vers la cascade de 10m par son kit ancre ! Il finira par attraper la corde de la dernière chance tendue en travers pour éviter de basculer dans le vide !

On a aimé…et on la refait après avoir déjeuné au début du canyon. Là, c’est Isa qui équipe la deuxième main courante, fait un sac de nœud dans la vasque où elle disparait…mais finit par ressortir…Isa est insubmersible ! Passage en apnée  du siphon final sans problème pour tous. Belle sortie canyon pour les branquignols du SCOF…mais pas de double hélico cette année ! Euh, on révisera avant de s’attaquer à plus difficile ! Retour par le Vieux Campeur pour la « chasse » aux bonnes affaires, décevante comme d’hab !

Vendredi : journée orageuse annoncée ! On sécurise les tentes et déplace le matos sensible en sécurité et plan Prudence : pas de grotte de Prérouge, comme initialement prévu mais submersible en cas d’orage,  ni de via ambitieuse pour s’y faire griller donc journée détente avec pour objectif la via ferrata d’initiation d’Aillons le Jeune-Margériaz, déjà faite l’année d’avant,  facile avec une petite tyrolienne à la fin, à condition d’avoir la bonne poulie jaune…Philippe utilisera quand même sa poulie speed  et ira s’écraser sur les serre-câbles du câble de sortie  et se frottera les tibias…le mollet gauche gonfle…la panique s’installe…direction les urgences de Chambéry bien que le blessé tienne debout pour la descente jusqu’à la voiture. Les rescapés vont chercher le petit resto sympa du village…fermé car le village est désert ! La pluie se met à tomber et le groupe décide de redescendre pour aller faire la fête au Burger King de la zone industrielle de Bissy, le pied pour les canetons sans manman pour dénigrer le junk food! D’ailleurs Keltia nous rejoint après avoir laissé Philippe aux urgences en attendant d’aller le rechercher après consultation et s’envoie un wrap sans sourciller…Après-midi de rêve sous le soleil en allant fouiner pour se rafraichir à Intersport, Go Sport et Mac Do. Appel de Philippe, relâché des urgences sans trop de mal mais HS pour la suite des opérations ! Retour en fanfare au  Château pour retrouver Charles venu pour l’apéro et le dîner.

Samedi : départ , après la séance sandwiches, avec Charles, avec la future reine Isabelle resplendissante dans son coupé AUDI, et Philippe HS mais au volant de sa voiture pour la via des Lavandières à Crolles ; Senior cherche la topo à tout hasard sur viaferrata.fr et voit qu’elle est fermée jusqu’ à nouvel ordre car dangereuse et non purgée ! Heureusement nous ne sommes pas descendus le long du funiculaire pour nous casser le nez en bas au départ comme un couple que nous avons vu remonter déçu ! Nous décidons de nous rabattre sur la via  des Prises de la Bastille à  Grenoble. Bon choix ! Keltia abandonne après le premier tronçon déjà assez athlétique et la troupe s’engage sur la deuxième partie nettement plus dure, comme indiqué sur la topo mais ça passe quand même… trop lentement pour le papi bloqué derrière nous ! L’échappatoire n°2 sera la bienvenue pour les djeuns! La sortie en haut de la citadelle ne pose pas de problème après. Nous retrouvons le flot des touristes montés en télécabine et Philippe pour aller piqueniquer en haut à l’ombre.

Au retour envie pressante d’aller se baigner ! Nous allons  louer une heure de  pédalo vers 18h au Bourget du Lac pour aller nager « au large »…Super baignade dans une eau chaude et propre loin du rivage envahi !

Retour au Château pour apéro et dîner pendant que la crémaillère annoncée par les nouveaux locataires bat déjà son plein…. de discrétion. Nous pensions à une teuf d’enfer avec bacchanales sauvages où nous serions conviés – Philippe était déjà prêt à émigrer pour aller dormir dans la montagne- et non à une orgie de sortie de catéchisme avec extinction des feux vers 23h… En fait un Michel déchainé  a chaussé ses platines de DJ et a allumé le feu au Château pour faire danser les plus vieux sur les tubes du passé, les jeunes étant comme d’hab allés se scotcher sur leur smartphone! Belle fin de  soirée estivale ; il ne manquait que les flics que les nouveaux locataires auraient pu appeler pour faire cesser ce tapage nocturne au Château de la Débauche de Bissy !

Dimanche : gris pluvieux pour plier les tentes, ranger le matos, et rentrer dans nos contrées respectives

Encore merci, Michel, pour ton accueil pour cette grande manifestation annuelle du SCOF où nous venons en mission tester les services publics !

À l’année prochaine, sans COVID, l’ordure !

HOMMAGES A Y²

Éternel « touriste » encarté du SCOF depuis + 40 ans, j’ai su apprécier le calme, la méticulosité, la confiance que notre Président dégageait, accompagnés d’une sympathie chaleureuse et d’une écoute qui permettait facilement le dialogue avec des convictions sociales et politiques avancées sans aucune agressivité . Quel plaisir inoubliable dans ces échanges si contradictoires! Comme Charles le décrit si bien avec humour, c’était un homme bon. J’espère que nous nous retrouverons nombreux à Chambéry pour trinquer à sa mémoire dans un futur pas trop lointain. Nous ne pourrons jamais l’oublier. Amitiés,
Michel de Regnauld

Je connaissais bien mal Yves Yardin. Nous avions échangé par courriel et j’avais accepté avec grand plaisir son invitation pour la petite fête très sympa des 50 ans du SCOF. J’en avais profité pour y entraîner les quelques dinosaures restant de la création de ce club. J’avais surtout apprécié qu’Yves ait su faire vivre cette association, dont tout le monde sait que la vie associative est difficile, surtout quand elle s’appuie au départ sur des gens qui sont appelés à ne pas rester sur place, les étudiants. Vous avez tous fait du bon travail, pas seulement par les explos. Je te prie de transmettre mes condoléances à sa famille et d’assurer le club de mon soutien moral. Michel Bakalowicz

Bonsoir à tous, Michel m’a informé du rappel à Dieu d’Yves. Cela m’attriste beaucoup. Je partage avec vous et tous ses proches ma peine et je prie pour lui. Dévoué comme l’était Yves, je suis sûr qu’une bonne place lui a été réservée. En tant que mathématicien, il sera certainement le bon garant de comptes justes. Toutes mes amitiés chagrines. Charles de Noirot

Salut les copains scofiens,
C’est avec effroi, bouleversement et une profonde tristesse que je viens d’apprendre de Vincent le départ de notre ami spéléo Y² comme il se faisait appéler au sein du SCOF afin de savoir à quel Yves on s’adressait … ce qui lui allait à la perfection d’être représenté par la fonction carré dont la propriété principale est la positivité ( quelque soit x sur {\displaystyle \mathbb {R} }, x² ≥ 0 … quelque soit les circonstances je ne l’ai jamais vu atteindre la borne base ! )
Je garde des souvenirs mémorables de sorties spéléo et canyoning ainsi que des heures de réunions SCOF pour les préparations de ces sorties et le bilan financier à réaliser pour l’AG …Au moment où je rédige ce mail, windows pour une fois fait bien les choses, en affichant en fond d’écran sur l’un une photo prise le jour où nous avons fait la traversée de la dent de Crolles avec les techniques de canyoning et sur l’autre le creux bleu après une initiation du samedi ….Nos plus belles pensées te sont adressées ainsi qu’à ta famille.
Alex Leroy , l’un des frères Térieur (comme il nous appelait avec Alain 😉 )

Image en ligne

C’est avec très grande tristesse que nous avions appris hier par Alex… Alors que j’ai parlé avec Papy, vendredi dernier, le 8 mai via WhatsApp. On échangeait régulièrement des infos sur cette crise et aussi mon dernier message disait que notre fils grandissait vite (en lui envoyant une photo de lui) et que j’ai pu bien avancer dans mes travaux (avec le confinement)… Et qu’on espérait bientôt revenir.Si vous organisez quelques chose, nous participons sans soucis.Nous sommes attristés. Amicalement Jonathan Boussoir

Salut mon pote. Une dernière chose à te dire : les maths ça sert à tout ; aussi bien à calculer la trajectoire d’une balle ou d’une fusée que la rentabilité d’une économie. Le problème c’est que les développements technologique et économique, permis par tous ces calculs, auront envoyés plus d’hommes à la guerre que sur la lune. Alors, toi aussi tu sers à tout, mais que à des trucs dont on est fiers et grandis quant on les partagent avec toi (exemple : La BD, le café-théâtre, l’humour, le refus du nucléaire ou des OGM et bien d’autres choses). Certains savants prétendent que tout ce qui disparaît dans un trou noir, l’univers en conserve la mémoire, sous la forme d’une équation mathématique. Si c’est là que tu es parti faire une petite ballade, la tienne (d’équation) comporte quelques inconnues, notamment celle de ton départ la veille de la semi-liberté. C’est surement le « semi » qui ne t’aura pas vraiment enchanté. Je te dis à très vite, car tu ne me quittera jamais, comme tous ceux qui ont eu la chance de te connaitre. Je t’embrasse et te serre très fort contre moi, surtout si c’est interdit, car comme tu me le conseilles dans ton dernier message : « n’oublies pas les gestes barricades ». Bisous. Pascal Chartrain

Yves,  c’etait surtout  de très bons moments. Combien  d’heures avons nous  passé dans la voiture, à refaire le monde, à polémiquer sur des sujets politicoenvironnementauxmétaphysico…et d’autres encore.  1200 km pour  aller aux Picos, il faut bien occuper le temps…Deux points sur lesquels  nous  n’avons jamais été d’accord:Lui disait « la physique est au service des mathématiques « , et moi, bien sûr « pas du tout, c’est exactement  l’inverse « …Autre sujet litigieux, lui, disait: je vais te prouver que 0,99999…… = 1 avec un petit sourire malicieux.Sa « démonstration »:On pose x = 0,99999……   donc10x = 9,999999….10x – x = 9,999999 – 0,999999…..Soit 9x=9Et donc x = 1 Ce qui qui prouve  bien que  0,99999…. = 1
Et moi « pas du tout,  on ne peut pas multiplier un nombre infini, et un nombre infini  ne peut pas être égal à un nombre fini, où alors, l’infini est fini,  ce qui est physiquement impossible …et ça pouvait durer des kilomètres. 
Neand 

Impecs les pecs!

« On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux. »

Ces mots sont ceux qu’Antoine de Saint-Exupéry écrit dans le Petit Prince. Cette leçon de vie convient particulièrement à Yves, car aujourd’hui nous perdons un homme que nous aimions, autant qu’il nous aimait. Plus qu’aucun autre, cet enfant d’Ardèche épris de terre et de liberté incarna ce que notre joyeuse troupe de lurons offrait de meilleur, l’amitié, l’intelligence, l’ouverture d’esprit et l’altruisme. Il offrait sa générosité à tous, sans compromis, sans restriction, à ses élèves toute au long de sa vie de mathématique, à nous tous au cours de sa vie de spéléologue, à sa famille et ses amis ainsi qu’à des inconnus qu’il aimait emmener découvrir les beautés de son pays et du monde souterrain, de la camaraderie et du dépassement de soi. Il plaisantait souvent, disant à qui voulait l’entendre lors d’un bivouac sur les crêtes des Picos ou du Vercors, que l’essentiel dans une bonne journée c’était de se lever sur un nombre premier. Il incarnait ses mots sans même s’en apercevoir, sans se rendre compte qu’il était et restera le premier d’entre nous, notre Président. Il manquera à chacun de nous désormais. Sébastien Marang, dit Junior

il était prof de math ! spéléo assidu aux Picos… il a attendu la fin du confinement …ci joint quelques photos aux Picos Jeff Fabriol

Ho !!! ça fait un choc effectivement ! Robert Fabriol

Très bon choix d’images pour rendre hommage à Yves. Tu vas nous manquer dans nos prochaines aventures à venir. RIP Y2
Crapule alias Florence Lapeyre

J’ai appris la triste nouvelle . Je te souhaite plein de courage pour accompagner la famille de ton ami dans cette épreuve. Tout pleins de pensées à notre cher Yves, à toi et sa famille. Karen Lorin

Ça fait environ 7 ans que je programme mes réveils avec des nombres premiers et je me suis vu acheter ce journal hier….et oui, il faut prendre la suite….

Je pense bien à toi cher Y2 Papy. » Karen Lorin

Bien triste nouvelle, je n’ ai pas eu la chance de connaitre beaucoup Yves, rencontré 2 fois, au viaduc et a l’AG du club.Il m’avait accueilli avec bienveillance  l’année passée au SCOF.La vie est parfois très dure et je m’associe à votre peine ainsi qu’a celle de sa famille. Amicalement Philippe Depland

La lecture de cette très mauvaise nouvelle m’a assommé et pris de court et puis … Yves, j’ai entendu le temps des cerises, réécouté le trio de ronflements des nuits préludes à l’eau vive, revisionné notre image fantasmé du Groin, réinterrogé l’univers infini de la mantisse qui égale a 1, regouté aux plaisirs savoureux du vin naturel des petits producteurs de l’Ardèche, revécu les glissades improbables des canyons de chartreuse,  pissé de rire sur le parking d’un supermarché, recherché tes lunettes dans la vasque tourbillonnante, regouté ton epoisse farcie aux protéines, revisité le double huit, et tout plein d’autres choses agréables. Me reste le souvenir joyeux d’un homme de caractère facétieux alliant compréhension et pédagogie … on n’est pas prof par hasard. Et dans l’avenir, On pensera à lui en dégustant les chocolatines du petit déjeuner, à chaque synthèse réussie de la quadrature du cercle lors des réunions de bureau du Scof, et à chaque geste que nos activités prochaines ne manqueront de nous rappeler son souvenir.
Peu de temps pour le connaître, mais suffisamment pour inscrire dans ma mémoire des instants synonymes d’évasions, de franches rigolades, de découvertes et surtout de plaisirs d’être ensemble. Philippe Geffard

Et une petite vidéo souvenir en cliquant ICI

Toutes les condoléances à la famille, les proches et les amis. Un grand soupir et une profonde tristesse d’apprendre cette nouvelle. Tu vas nous manquer ! mais les souvenirs restent. Vincent Schneider

Ce soir je trinque à la santé d’un copain parti très vite la nuit
dernière, trop vite, alors qu’on aurait pu faire encore quelques
trucs ensemble … Un copain de spéléo, Yves Yardin, avec qui j’ai
partagé quelques moments bien sympathiques, et qui m’ont appris
notamment le respect – avec nos avis et nos positions divergentes et
les bases l’équipement en canyon. Que de bons moments passés sous terre, aux Canalettes, TM71, Combe aux prêtres, Gizia et ses désobs qui enduisent, ou dans les canyons dans le Jura ou en Ardèche …
A la tienne l’ami, que ces quelques images puissent cultiver le souvenir et ta mémoire.  https://photos.app.goo.gl/pZFDmKiobPhD3FQu9 [3] Vincent Schneider

Bonjour à tou-te-s,
Oui bien triste nouvelle en vérité. L’ami Yves va nous manquer.
J’aimerais bien mettre un petit mot à sa mémoire dans une
newsletter. Est ce que vous auriez quelques photos et qui se sent de rédiger un petit mot en souvenir de lui?
Salut l’ami, ton rire et ta bonne humeur vont nous manquer. Amicalement
Gael Monvoisin

C’est une bien triste nouvelle. Je n’ai plus les coordonnées de sa fille Gwennyn, une ancienne collègue, mais si vous en avez l’occasion, faites-lui part de mon message de soutien et de pensée en ces moments douloureux pour la famille et les proches. Bien cordialement Nathalie Petitjean

Avec Yves, papa de notre meilleure copine Gwen, ce sont les souvenirs de revisions de math qui remontent à la surface, et sa contribution à notre reussite au bac. Merci Nadia Caye

Yves c’est très triste de te voir partir si tôt. Nous nous fréquentions surtout part l’engagement associatif auquel tu te consacrais tant. Lorsque j’avais pris ma retraite tu m’avais suggéré, par boutade, de vous rejoindre parmi les vieux !! nous avions en effet bien des souvenirs en commun à partager. Tu manqueras dans nos rencontres.
Condoléances à tous tes proches.
Gilles Moutin

Aie, aie, aie !Ce n’est pas possible !Quelle tristesse ! :-(Mes sincères condoléances à la famille ! Peter Nagy
NB.: Merci Senior pour les photos de souvenir et pour le beau texte sur le site.

Yves, ta disparition soudain me fais réfléchir pour apprécier la présence, car si on rend compte, finalement notre présence sur la surface ne dépend quasiment de rien du tout. Tout peut arriver à tout moment. Peter Nagy

Cher président !
Je te connais depuis 7 ans, de loin, car j’étais un « outsider » dans votre monde. Mais je t’ai apprécié depuis toujours pour ta légèreté, ce que tu as dégagé vis-à-vis de la vie en général, vis-à-vis à cette lutte permanente pour essayer léviter au-dessus des difficultés réelles de notre existence terrestre. Bien possible, que ceci est la cause qui nous oblige nous tous dans le monde spéléo à chercher la compréhension d’entité de la vie ailleurs, sous terre par exemple.
Ceci était le profond liaison spirituel et métaphysique qui nous a lié, sans que nous fussions obligé en parler. Maintenant j’ai compris…
Tu nous quitte dans une période d’incertitude, tu passes dans ce monde « au-delà » tant recherché qui est en réalité « en dessous » en même temps, comme il dirait ton collègue « président » EM.
Merci pour tout, bonne voyage, étends cette recherche d’existence dans ton nouvel univers.
Mes meilleurs sentiments pour tes proches, mes sincères condoléances, je ne te n’oublierai pas.
A Dieu, PeterNagy

Yves Mon chagrin et ma douleur sont immenses.
Merci pour ces photos.
Serait il possible que les gens puissent déposer un mot via le site, sur une fenêtre explicite et dédiée à Y²?
Nous recevons des emails de condoléances, je pense qu’il faudrait les collecter. Merci
Bruno Lonchampt

Je te salue Y² avec tous les membres du SCOF et bien au-delà  les spéléos du CDS91 du Cosif et ceux que tu as rencontrés sur ton chemin. C’est ainsi que nous nous rencontrâmes. J’étais grimé et affublé d’un déguisement de chauve souris vampire pour l’occasion des dernières « Spéléofolies» à l’aquagif. Tu désirais faire de la spéléo et cherchais un club. Pourquoi t’adresser au président du SCOF de l’époque, je ne m’en souviens plus… Mais l’an 2000 fût le début d’une heureuse aventure…Dans le Lot sur le causse de Gramat, en Ardèche que tu adorais …et en Espagne ! Tu t’en souviens ? Chargés comme des mules pour atteindre la « Yourte » à 2000m d’altitude, il te fallait prendre certains sels minéraux contenus dans la cervesa de Marthe et Javier au refuge de Vegarredonda. Nous rigolions bien, mais c’était dur aussi tous ces portages…Ah oui ! La spéléo nous mène à tout. De retour des Picos en passant par Pau dans le Sud, nous rencontrions Jacques Magendi dans sa grange aux livres, un ami de Bernard Marbot. Nous écoutions le récit des jeunes missionnaires martyres de Corée, nous regardions les photographies anciennes de la Commune de Paris, des trésors d’Histoires. Tu discutais syndicalisme avec Jacques. Si les sensibilités étaient différentes, il y avait comme des utopies communes. Elles étaient généreuses assurément, je peux dire cela. Tu es d’accord ? Mais ne nous éloignons pas de la spéléo. Quand tu es devenu président du SCOF en 2004 nous avons continué à faire des « sorties jeunes » avec tes élèves. M’sieur YardINE, le prof de maths ! Ils t’appelaient. Tu leurs donnais confiance en eux-mêmes. Ils te remerciaient pour les entraînements et découvertes du milieu souterrain. Il y en a un : Grégoire, qui est devenu trésorier du club ! Avec un prof de maths aidant les comptes étaient toujours justes, ou presque, du moins ils étaient bons. La spéléo tu l’as faite avec tous les membres du club et d’autres clubs encore. A Gisia  dans le Doubs  avec les amis spéléos locaux, de la désob, de la désob, de la désob… Ca débouchait des fois sur une bouteille de blanc du Marcel ou du Louis. Nous rigolions bien. Et le canyon aussi, et la vidéo avec les projos bricolés et Chambery, c’était royal ! Dis-donc ! Yves. Hé ! M’sieur YardINE. Y²! Tu nous as toujours emmenés en des moments chaleureux.

Hé ! Prof. Ho ! Papi.

Pourquoi es-tu parti si tôt !? Ce dimanche 10 mai 2020 ? Tu aurais pu attendre encore un peu ! C’est bientôt le « Temps des Cerises » … Pour les prochaines sorties nous serons de nouveau affublés d’un masque avec dessiné dessus un grand « A », un très grand « A ». Celui de l’amitié et j’en suis sûr nous rigolerons encore… Bruno Lonchampt

Bonsoir Yves Son image ne me quitte pas. Impossible de m’endormir. Ça fait relativement peu de temps que je le connaissais et pourtant … Le sage ! Calme, inspirant la confiance… Souriant et drôle… dans la finesse !Je pense à sa Déesse dont il parlait avec des yeux brillants. Albin m’a demandé mais « pourquoi » ?? Pas de réponse !
Voilà un petit mot car je n’avais pas trop le courage de t’appeler…Si vous organisez quelque chose sous un quelconque format… dis le moi Bisous, prends soin de toi Keltia Gomez

Bonjour, Une triste nouvelle qui nous touche profondément Laurette et moi, nous aimerons savoir ce que nous pouvons faire, un geste qui nous représente. Un tableau de photos, un texte … Bises, Laurette et Didouch

Yves, le seul spéléo que nous retrouvions aux rassemblements qui nous tiennent à cœur: le Larzac 2000 contre la mal bouffe, 2003 contre les OGM et, les actions avec Sud éducation… Yves le seul spéléo à aimer le kéfir ! pour une alimentation décroissante. Merci pour toutes ces petites gouttes d’eau pour emmener le monde vers le respect de la nature et de tous les humains. Comme nous aurions aimé continuer de cheminer avec toi, un coup autour des cordes au Viaduc, un coup autour d’un repas ou d’une manif pour repeindre le monde… Yves nous pleurons, nous avons eu du mal à écrire. Et à cause de la mauvaise gestion gouvernementale du corona, nous n’avons même pas pu pleurer tous ensemble… Laurette et Didouch

Très très mauvaise nouvelle en effet que j’ai apprise par JF via Senior. Connaissant (un peu) Y², j’imagine qu’il aurait souhaité un enterrement sans fleur ni couronnes … Néand, tu nous diras SVP si nous pouvons envoyer un mot sympa à sa famille, individuellement ou au nom du SCOF. Et dire que le 11 mai devait être le jour d’un nouveau départ, que tout allait changer. Yves n’aura pas vu ça ! Il devait se douter qu’il y avait un loup derrière tous ces beaux discours. Hub

Y1 et Y² aux Picos

Que c’est dur de t’écrire une dernière fois ! Là, tu nous as pris par surprise et mis le moral bien bas. On a perdu un ami, un homme de bien, une belle âme et on gardera le souvenir d’un homme droit dans ses bottes de défenseur de toutes et tous devant les pressions des divers pouvoirs et autres suceurs de sang. Vers 2006, après de timides reprises spéléo, il m’est apparut que j’étais souvent avec des Scofiens, et qui plus est, de ma génération … Tu m’as « vendu » les Picos de l’expé. 2007… fait intégrer le SCOF en plus de mon club d’origine, et rejoindre une belle bande de « pas si pépères » bien plus actifs qu’il me fallait. Pour ne rien gâcher, humour, jeux de mots, contrepèteries et débats philosophiques étaient permanents et me laissent de merveilleux souvenirs. Que ce soit au cours de voyages entassés dans les voitures, ou sous la yourte, ou au cours de sorties tu nous faisais souvent éclater de rire, et cet œil complice sur un bon mot est encore devant moi rien que d’y penser. Et que dire de cette merveilleuse manie de lier toute activité aux nombres premiers … En conséquence, t’es souvent dans ma bibliothèque de souvenirs et rêves anciens, comment ne pas t’oublier ! Alain Vialon , l’autre frère Térieur

et quelques photos d’Alain… ( avec commentaires de Senior!)

et une photo de notre Prof en plein travail aux dernières JNSC

photo Christophe Chevallier

YVES ,

portrait par David White 2018

notre camarade, notre ami

« En combattant pour la Commune Il savait que la terre est Une, Qu’on ne doit pas la diviser, Que la nature est une source Et le capital une bourse Où tous ont le droit de puiser.

Il revendique la machine Et ne veut plus courber l’échine Sous la vapeur en action, Puisque l’Exploiteur à main rude Fait instrument de servitude De l’outil de rédemption.

Contre la classe patronale Il fait la guerre sociale Dont on ne verra pas la fin Tant qu’un seul pourra, sur la sphère, Devenir riche sans rien faire, Tant qu’un travailleur aura faim ! »

(extrait de « l’Insurgé » de Eugène Pottier)

Notre camarade de longue date, Yves Yardin, l’Insurgé, nous a quittés à 68 ans, à la veille d’un déconfinement trop longtemps attendu après un confinement imposé par un « Etat d’urgence sanitaire » aux relents fascisants, disait-il.

Yves est mort dans la nuit du 10 au 11 mai d’une « embolie pulmonaire fulgurante » dans l’ambulance qui le conduisait à l’hôpital. « Fulgurant » , un des adjectifs les mieux adaptés à sa pensée, à son fonctionnement, à son action. Fulgurant , mais toujours dans la maîtrise, dans le contrôle.

Yves est venu à l’engagement politique et libertaire par le biais de l’écologie. Jeune étudiant en maths, il se passionnait pour la faune et la flore, en Bretagne, puis l’Ardèche, sa terre d’adoption. Devant le désastre écologique il a très tôt pris conscience de la responsabilité criminelle de l’économie capitaliste et du productivisme sans limite. Il a bientôt mesuré le sens de la « convergence des luttes », fort d’une grande culture d’histoire sociale et politique dont il ne faisait jamais étalage.

Prof de maths brillant, apprécié de tous, il n’a pas attendu pour s’engager dans l’action politique et syndicale mais on ne « commande » pas à l’Insurgé qui ne pouvait supporter ni autoritarisme, ni hiérarchie, ni bureaucratie et c’est tout naturellement qu’il a trouvé sa place dans la CNT puis à Sud /Solidaire à partir de 2003 où il a été trésorier et secrétaire sans jamais oublier que toute parole dans le groupe avait la même valeur .

Mais Yves n’était pas seulement prof de maths, syndicaliste . C’était un homme aux talents multiples . Y² , comme il aimait parfois signer facétieusement , était aussi plombier, électricien, informaticien, élagueur…il n’y avait pas de problèmes, que des solutions avec lui .

Ses talents, il aimait les mettre au service des autres, la famille, les camarades, les collègues, les voisins, quiconque ne pouvait se dépatouiller et ne pouvait se payer des services de pros. Car la solidarité était une de ses valeurs fortes .

Ainsi, toute sa vie, il s’est impliqué dans des associations qui pouvaient paraître éclectiques : défense de la nature (il diffusait la revue «Silence»), anti-nucléaire, ping pong, spéléo, « Amis de la Commune de Paris », etc…il se disait misanthrope et croyait tellement en l’humain .

Ces dernières semaines lui ont été très pénibles, il dénonçait cette «propagande» sur la dangerosité d’un virus dont, disait-il, les seuls « buts étaient politiques et économiques. « L’état d’Urgence Sanitaire », le «nous sommes en guerre» de Macron ont permis de briser des droits des travailleurs-euses gagnés lors de longues luttes, d’imposer des «ordonnances», des contrôles policiers, des fichages etc. Yves était profondément anti-militariste, anti-flics, anti-Etat qui ont pour seul rôle de protéger les biens des possédants. Il pensait que les systèmes économiques capitalistes voulaient en finir une fois pour toute avec les acquis du CNR pour satisfaire les boursicoteurs et asservir les masses laborieuses.

Mais il attendait avec impatience l’effondrement général d’où pourrait enfin émerger une société nouvelle, juste, équitable, respectueuse des êtres et de l’environnement .

Son impatience fut fulgurante, nous reprenons le flambeau qu’il nous tend. Yves n’avait pas peur de la mort.

Il se préparait aux « gestes barrières » …mais pas les mêmes !

Chantons avec lui un de ses titres préférés « A las barricades » Utgé Royo!

Son corps fut incinéré le 22 mai, pensons à lui et vivons sa colère !! Voici quelques unes des chansons qu’Yves aimait le plus écouter

  • « L’Insurgé » Eugène Pottier
  • « Sans la nommer » Moustaki
  • « A las barricades » Utgé Royo
  • « La chanson de Craonne »
  • « Hécatombe au marché de Brives la Gaillarde » Brassens . Article publié sur le site de « Sud Education 91 », de la part de Sylvie

Je viens d’apprendre à l’instant le décès d’Yves en lisant la newsletter
du COSIF. Ce décès me remplit de tristesse. Yves était un type sympa,
joyeux et très agréable à vivre. Je ne sais pas si tu te souviens, mais
nous avions fait ensemble un week-end spéléo dans le Jura à la frontière
avec la Suisse où nous avions beaucoup marché dans la neige pour
atteindre les cavités Grêlon Fumant et Pleine Lune. C’était à Pâques
2007. Ensuite, Yves m’avait passé des très belles commandes de
Champagne, pour sa famille, ses amis et lui que je livrais chez lui à
son domicile. Des bonnes occasions de se revoir !
Peux tu transmettre ce mail à sa famille en lui disant, ou plutôt en lui
confirmant, qu’Yves était quelqu’un de très apprécié, quelqu’un de bien,
que le monde spéléo est en peine et qu’on ne peut pas faire grand chose
pour elle si ce n’est de l’assurer de notre soutien. Frédéric Lété PS : je diffuse l’information auprès de mon club, l’AFEGC.

Je m’baladais sur le viaduc
Le cœur ouvert à l’inconnu,
J’avais envie de dire bonjour à n’importe qui,
N’importe qui et ce fut toi, et je t’ai dit n’importe quoi
Il suffisait de t’taquiner pour te faire rigoler.
Au flan du viaduc, au flan du viaduc,
Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit,
Tu m’as convié à partager ta liberté
Tu m’as dit j’ai rendez-vous dans une salle avec des fous,
Qui vivent la frontale sur le front du soir au matin,
Alors je t’ai accompagné, on a causé, on a blagué,
Et tu as même pensé à me surnommer.
Des semaines dans l’inconnu, et quelques fois à Savigny,
Et de l’Ardèche à la Savoie, une rivière à mille chutes,
Toutes les galeries, pour nous toujours récitent tes cours. Isabelle Durand

Y2 avait aussi parmi ses multiples talents celui de réalisateur de vidéos souterraines! Il a, entre autres, filmé le camp interclub du CDS 91 organisé en 2005 à l’Antro Del Corchia en Toscane »

DECES DE NOTRE PRESIDENT YVES YARDIN

Sonnant les cloches

Nous avons l’immense douleur d’apprendre le décès de notre Président Yves Yardin survenu dans la nuit du 10 au 11 mai 2020.

Tous les membres du SCOF adressent leur sincères condoléances à sa famille et ses amis .

Y2 tu es parti en expé sans nous dans d’autres contrées mais ta bonhomie, ton humour et ta joie de vivre resteront dans nos coeurs pour toutes les sorties à venir. Adieu l’ami tu vas nous manquer énormément …

Quelques photos souvenir en ton honneur!

En via ferrata
Dans la yourte aux Picos
Préparant les spaghettis à la Yardeen avec Junior…
Aux 50 ans du SCOF
Sortie ou entrée de trou…
Habile électricien…

et tant d’autres….

Une petite dernière de ma composition pour ton viatique en souvenir de nos séances de désobstruction et fouilles parfois coûteuses : comme bon spéléo tu sauras mettre toute cette énergie de tes fouilles dans les caisses de l’au-delà … Ton vieux pote inconsolable Y3, Yves Marang, dit Senior

VIRUS ET CHAUVES-SOURIS A L’EPOQUE DU CORONAVIRUS

Au secours!

Les notions de virus, de zoonose, d’épidémie, etc. sonnent comme de terribles menaces et nous incitent à trouver les « responsables » : le pathogène, le réservoir et l’hôte intermédiaire (ou le vecteur).
Depuis quelques années et encore très récemment (!) nous entendons parler des chauves-souris comme de véritables « réservoirs à virus », voire des « bombes à retardement », à l’origine de la plupart des nouvelles épidémies. Mais est-ce aussi simple ?
Cette approche très « causale » ne semble pas suffire à appréhender la complexité des interactions au sein du vivant.
Pour essayer de comprendre comment tout cela est enchevêtré, il nous faut répondre à quelques questions : quelle « grille de lecture » appliquons nous sur le vivant ? Qu’ont les chauve-souris de si extraordinaire ? Quelles relations les virus entretiennent-ils avec elles ? Plus généralement, quelle est la place des virus dans l’évolution du vivant et la régulation de la biosphère ?

–> La discussion pourra porter sur les relations entre humains et non humains (i.e. pour nous les spéléologues avec les chauves-souris ou autres), sur les impacts environnementaux de l’espèce humaine et sur son influence dans l’apparition de nouvelles maladies.

Voir le diaporama passionnant de Fabien DARNE présenté et commenté sur internet le 25 avril , suivi d’une discussion, en cliquant ICI

SCOF’S COOL N° 6 SEMAINE 19

& LA FIN EN SEMAINE 20

présente

« PAS CON IN FINE »

Pour se hisser au-dessus de la crise que nous subissons

L’école Scofienne (SCOF’S COOL) vous invite à bien utiliser votre temps … pour ne pas devenir noeud-uœnd.

Pour chaque jour des semaines à venir nous vous proposerons un Nœud différent.

Regardez, lisez, écoutez et surtout répétez plusieurs fois.

Prenez un bout de corde et exercez-vous.

A la fin (in fine) le CDS 91 vous offrira un stage Noeud et cerise sur le Cake il sera dispensé en anglais.

Alors ! Ready  pour la semaine 19!

Lundi :  Pomme de Pouline à bille

Mardi :  Monkey’s fist without soul

Mercredi : soon is the end

https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C5%93ud_sans_fin

Jeudi : endless knot before the second wave

Vendredi : celebrating the Second World War Armistice

Samedi : Repos et révision

Dimanche : Repos et révision

Et voici enfin la semaine 20 !

Des Cons In Fine!

Nous nous sommes hissés au-dessus de  la crise.

Nous sommes arrivés au bout du conorama…

Une image contenant photo, table, homme, oiseau

Description générée automatiquement

Here we are today !

See you, hopefully not, for more Sailor’s Knots  in case of a second wave…

Pour retrouver les nœuds des semaines précédentes, allez dans l’onglet TECHNIQUE – SCOF’S COOL de la page d’accueil !

SÉJOUR DANS LES ALPES MARITIMES

Dimanche 1er mars

Participants: Yves MARANG (SCOF), Yves LEGER (SCOF), Guillaume son fils et Thess son amie.

Via ferrata des demoiselles du Castagnet à Puget Thénier.

Via cotée D+ de 257m de dénivelé, avec 1 pont népalais, 1 pont de singe et 2 tyroliennes, dont une de 450m ! Poulie speed obligatoire. Droit d’accès 8€. Location possible de matériel 25€.

Nous partons tranquillement vers midi, car le temps est maussade ce matin.

Après un petit casse-croûte au pied de la via, le temps s’améliore. Nous parcourons sans problème toute la première partie, très verticale mais bien ferrée. 

Le pont népalais est bien tendu et vite avalé.

Plus loin, le pont de singe est en plein vent et bouge pas mal.

Les 2 tyroliennes ne posent pas de problème, notons cependant une arrivée très rapide de celle de 450 m, avec le vent qui nous pousse par derrière. Senior qui est parti en premier, en fera les frais, le système de ralentisseur à l’arrivée ayant été endommagé par la dernière tempête.

La via étant plein sud, prendre beaucoup d’eau si il fait chaud.

et une p’tite vidéo en cliquant…

Samedi 7 mars

Participants : les mêmes.

Grotte de la Mescla sur les bords du Var.

Accès au trou – marcher en direction de Digne depuis le parking au bord de la route M6102, avant le 2ème tunnel pour trouver le chemin qui monte à l’entrée… prendre une clé à pipe de 19 et la topo. On peut ramper sous la grille, si nécessaire!

Première balade en prenant à gauche vers l’est au 1er carrefour après la porte. Nous cherchons la galerie des toboggans, mais nous tournons trop tôt, et nous visitons une première galerie, pour buter au fond sur une obstruction, après deux passages boueux et humides…Retour pour l’embranchement des Toboggans qui grimpe vers les hauteurs avec ses échelons plus ou moins branlants et des cordes lisses ou à nœuds, disons un peu usées… Il y a de la grimpette et de la descente glaiseuse où on se demande si on pourra remonter sans problème! Passage devant un petit lac suspendu avec son tuyau de vidange et descente du dernier ressaut en direction du siphon.

De retour au carrefour, Sénior retrouve son kit avec soulagement. Nous grignotons avant de nous enfiler dans la galerie du lézard qui grimpe aussi. On rampe dans des laisses d’eau bien boueuses et on fait demi-tour à une espèce de voûte mouillante…mouillante !, mais la galerie continue derrière. Prévoir quand même d’emporter une corde de 20-30m pour sécuriser, le cas échéant, surtout en initiation pour ces galeries.

Retour au premier carrefour, juste après la porte d’entrée. Prendre la galerie en face (sud), et monter à l’échelle à droite pour aller voir les siphons et s’y tremper dans l’eau tiède en frissonnant à la lecture des plaques commémoratives des plongeurs morts… Quelques passages sont équipés.

Retour au carrefour de  l’entrée et cette fois, prendre la galerie de droite (ouest), pour descendre dans les vasques qui permettent de sortir au niveau du Var, (à l’étiage seulement). Il faut savoir nager … mais l’eau avoisine les 19 °C, car les siphons (très beaux), sont alimentés par de l’eau thermale légèrement salée! On peut enfin se laver dans la dernière vasque, avant d’aller frôler le Var, qui lui est glacé. On ressort nickel propre et on grimpe sur les rails du train pour une petite escalade du talus (en direction de Digne) qui permet de retourner au parking!

Mais il fait frais, car le parking est à l’ombre, et on est mouillés.

Prévoir serviette et changes bien secs et chauds…

La bière attendra le chemin du retour pour retrouver le soleil au lac de Broc où nous pouvons enfin manger.

TPST 4h

Jolie sortie très ludique! Il faut un peu chercher son chemin dans ce trou labyrinthique, mais c’est ce qui fait son charme…

la spéléo pour tous